John meurt à la fin
Reviews littéraires

John meurt à la fin

Je vous préviens, je ne sais pas, alors pas la peine de me poser la question. Aucune idée de ce qui arrivera à John à la fin, je n’ai lu que le premier tome pour l’instant, et le troisième devrait bientôt sortir.

John meurt à la fin, ça faisait un moment qu’il traînait par terre sur l’une des piles de bouquins attendant chacun leur tour, au pied de ma grande bibliothèque qui déborde d’ouvrages en tout genre, dont certains aussi attendent encore que je les remarque un beau jour. Je l’avais acheté sans même lire le résumé au dos. J’ai un œil scanner qui me permet de repérer à la seconde la tranche jaune d’un livre parmi tous les rayons de n’importe quelle librairie. Et quand j’en trouve une, je saute dessus et passe en caisse, pas d’hésitation. Tout simplement car cette fameuse tranche jaune est la marque de fabrique des éditions Super 8, qui est ma maison d’édition préférée, et dont je compte bientôt vous parler dans un autre article plus élaboré.

Voilà l’histoire de ma rencontre avec David Wong, auteur et personnage principal du roman. Alors, sommes-nous tombés amoureux tous les deux ? Y-a-t’il eu coup de foudre ? Sommes-nous toujours ensemble aujourd’hui ? Les réponses à toutes vos questions dès maintenant !

J’ai accroché dès les premières lignes. Le style d’écriture me plaît, il est franc, honnête, on a l’impression de lire des pensées tout juste couchées sur le papier, ou bien qu’on nous raconte l’histoire à voix haute, mais avec un certain talent d’élocution. C’est le style qui m’a séduite, il reflète la personnalité de David à la fois en tant qu’auteur, et en tant que personnage principal, puisque le point de vue narratif adopté est interne. (Si t’as oublié tes cours de français de 5e, aucun souci, ça veut juste dire que le livre est écrit à la première personne, et qu’on connait donc toutes les réflexions internes du personnage ainsi que ses réactions, ses opinions, etc..) Et donc, il m’a plu David. Si il avait été réel, c’est le genre de mecs qui m’aurait intriguée. Et pourtant, n’allez pas vous imaginer un mec sublime, look BCBG, ultra clean, souriant, avenant, sympa, sociable, ou quelle qu’autre qualité dont sont généralement généreusement pourvus les héros. Non, David c’est l’antonyme sur pattes de tout ça. Une vingtaine d’années, aucune ambition dans la vie, un peu torturé au fond, saupoudré d’un petit côté antipathique. Son meilleur pote John, forme à lui seul tout son entourage, il n’a personne d’autre.

En même temps, John, c’est le genre de personne qui compte pour 15. On a l’impression qu’il est constamment défoncé, mais ça déteint un peu sur nous en sa présence. Il est drôle, avec des réparties infiniment connes mais particulièrement bien choisies, à mourir de rire, et il a toujours en tête un plan surréaliste et complètement cinglé pour se sortir de n’importe quelle situation. John est un personnage très intéressant, bien construit, et qui témoigne d’une imagination délirante.

Leur duo fonctionne merveilleusement bien, le lecteur se sent inclut dans leurs péripéties toutes plus tordues les unes que les autres, il y a une bonne ambiance qui règne dans ces pages. On se marre bien sur un fond de possible fin du monde, le contraste est plaisant et honnêtement c’est dur de décrocher avant d’être arrivé à la fin. Le rythme est rapide, saccadé, on enchaîne les retournements de situation, il nous happe et l’on est vraiment pris dans l’histoire.

Il faut savoir qu’avec les éditions super 8 vous partez toujours pour un bouquin complètement fou et décalé, qui change radicalement des styles plus calmes et classiques. N’hésitez pas et embarquez à bord de ce vaisseau spatial pour un voyage  sous acides et complètement barré de 607 pages !

Pour en savoir plus sur l’histoire du roman, comment il a été écrit et a fini par se faire connaître (ça vaut le détour), c’est par ici ! Vous y trouverez aussi tout plein d’infos sur les événements à venir concernant la série. Et si vous êtes devenus accro et en redemandez encore, sachez que Wong écrit chaque mois pour cracked.com!

Il y a également eu une adaptation cinématographique du premier tome, que je suis allée regarder juste après avoir lu la dernière ligne du roman, ayant encore toutes les scènes et les dialogues fraîchement en tête. J’ai été très déçue. Déjà, car comme toutes les adaptations, on ne retrouve sur l’écran qu’un tiers de l’histoire réelle, et que de nombreux personnages pourtant importants ont carrément été dégagés du casting. Mais surtout car, pour adapter le scénario tronqué, les personnages restants ont vu leur personnalité complètement changée, n’ayant plus rien à voir avec leurs traits de caractères originaux qui nous ont séduit, et on ne retrouve absolument pas cette dynamique entraînante qui porte si bien le bouquin. Atrocement frustrant, je ne vous recommande pas cette perte de temps d’1h29.

Dernier point : je ne referai pas d’article plus tard sur cette trilogie (si ça s’arrête au troisième ?), je ne pense pas que ça apporterait grand-chose, et ça me forcerait forcément à spoiler. Libre à vous de vous laisser entraîner ou pas, en tout cas moi je vais me prendre le deuxième tome très bientôt !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *